ÉQUIPE




Morgane Audouard - Assistante administrative


Morgane Audouard


Assistante administrative

La première voix que l’on entend au téléphone et le premier sourire d’Atelier Gröll, c’est elle ! Casque vissé sur ses cheveux blonds, concentrée sur l’appel en cours, capable de vous aiguiller immédiatement ou (magie de l’opératrice) de mettre en attente sans créer d’impatience… Le sens du contact et du travail bien fait, Morgane Audouard l’a dans la peau.



L’immobilier est venu tout doucement. Une envie, une idée plus qu’un objectif, raconte celle qui, durant sept ans, fut assistante opératoire et secrétaire médicale dans un cabinet de dermatologie. Lorsque Grégory Gröll a pensé à elle pour le poste d’assistante administrative qui se libérait, elle a dit oui. N’a pas longtemps tergiversé.


Morgane Audouard est ainsi : déterminée, sincère dans ses choix, intuitive aussi.

Toute jeune, elle a arrêté (à contre cœur) sa licence de psycho, ne pouvant pas poursuivre dans la spécialisation qui lui plaisait.



Bosseuse, elle décroche alors un BTS d’économie sociale et familiale, et enchaîne sur une formation à distance de secrétaire médicale qui lui ouvre des perspectives… inattendues.


En plus de l’accueil et du standard, Morgane gère (entre autres) le SAV des appartements livrés et planifie les visites-cloisons auprès des clients lors de la livraison d’un chantier, visées par Grégory Gröll (partie juridique) et Loïc Courtois (partie technique).



Elle n’est pas prête à oublier celle de la résidence Léopold à Lans-en-Vercors : « Ce fut, pour moi, un vrai beau moment de rencontre ! Il m’a permis de créer avec nos clients un lien autre que téléphonique ou derrière l’écran, et d’établir une confiance. Depuis, nos échanges n’en sont que plus fluides », confie celle qui partout, est appréciée tant pour son efficacité que pour sa bienveillance.


Son moteur :  « Mes enfants !

Ils décuplent mon envie de me donner à fond dans tout ce que j’entreprends ! »


Ses bonnes vibrations :  « Les moments partagés avec les autres.

Et me plonger dans mes livres… »





Patricia Brandalise - Assistante de direction-comptable


Patricia Brandalise


Assistante de direction-comptable

Comme toutes les perles, elle brille par sa discrétion (aussi)



Elle ne retient que le meilleur de ses trente-cinq années passées dans la même entreprise de prêt-à-porter. À une exception près : la crise liée au Covid où, face à la chute d’activité, elle s’est retrouvée en 2020, à chaque confinement, en télétravail à mi-temps. « Je ne suis pas de nature à m’arrêter », reconnaît Patricia Brandalise qui depuis la fin de ses études (Bac H, BTS Informatique, cours du soir au CNAM en éco-gestion et comptabilité), n’avait jamais connu un seul coup de frein.



En intégrant Atelier Gröll, l’assistante de direction confirmée a retrouvé le rythme qui était le sien et le plaisir de travailler en équipe. Ultra-discrète et organisée, dotée d’une capacité de concentration qui en ferait rêver plus d’un (une fois plongée dans les comptes, rien ne l’arrête), cette rigoureuse concilie, depuis toute jeune et en parfaite autonomie, la planification d’agendas, de réunions, la gestion de courriers et la comptabilité.



Une cheville ouvrière pour Atelier Gröll Architecture où elle redécouvre une curiosité pour l’histoire de chaque bâtiment… et pour sa propre histoire : son grand-père était charpentier !


Son moteur : « Le travail, même si ce n’est pas la seule chose. » (sourire)


Ses bonnes vibrations : « Voyager autant que possible, lire beaucoup, respirer en montagne, chez moi, dans l’Oisans… »





Mark Cacciatore - Assistant comptable, en alternance école/entreprise


Mark Cacciatore


Assistant comptable, en alternance école/entreprise

Volontaire, pétillant et malicieux. Toujours partant !



Lorsqu’il a décroché son BTS de comptabilité et gestion effectué en alternance à Atelier Gröll, Mark Cacciatore n’avait qu’une envie : continuer dans la même voie et dans la même entreprise ! Non seulement parce qu’entre Atelier Gröll et lui, ça a tout de suite matché, mais aussi parce qu’il a pris goût à la comptabilité appliquée à l’immobilier et à l’architecture : « L’activité nécessite une gestion comptable très spécifique : c’est une nouvelle aventure dans chaque dossier ! », apprécie l’étudiant qui approfondit cette année un DCG (diplôme de comptabilité et de gestion, correspondant à un niveau bac+3), bien sûr en alternance à Atelier Gröll et à l’IMT.



Matheux depuis l’enfance (après son bac économie et social, il a même tenté une année à la fac en mathématiques avant de rebondir sur le BTS, moins théorique), ce fils et petit-fils de comptable et d’expert-comptable, a rapidement assisté Nathalie Viaud, responsable du service. Tout lui plaît : les réunions où il peut échanger en direct avec l’équipe, la préparation de la TVA et celle des bulletins de salaires. Son outil de prédilection ? Un parapheur numérique dont il est très fier. « J’en suis l’administrateur et le modérateur, je l’ai paramétré et je le gère aujourd’hui, il facilite le circuit de traitement des factures et remplace la bannette : idéal lorsqu’on télétravaille !», explique le futur contrôleur de gestion.



L’autonomie et la confiance, rapidement gagnée et méritée, le boostent. « Lorsque je suis arrivé, Grégory Gröll a tout de suite été cash. Il m’a dit : on ira progressivement. Le but est que tu deviennes totalement autonome ». C’est (déjà) fait !


Sa passion : le basket qu’il a pratiqué pendant douze ans dont sept en club avec une année en Championnat de France, niveau régional Éite, et deux ans en tant que capitaine d’équipe au BBCEP d’Eybens.


Ses inséparables : les baskets (sneakers) qu’il collectionne ! À son actif : 30 modèles, tous siglés Nike qu’il met en scène chez lui, et porte évidemment – réservant sur son bras gauche un seul et unique tatouage :

le dessin d’un ballon de basket.





François Coratella - Conducteur de travaux


François Coratella


Conducteur de travaux


Les chantiers, il les connaît depuis tout petit. L’Atelier Gröll aussi. Son père, artisan-maçon travaillait déjà pour l’agence où François Coratella, alors jeune étudiant en génie civil, a d’ailleurs fait son alternance avant de décrocher son DUT.


Il a œuvré quelques temps chez Samse puis il est revenu à ses premières amours, pas peu fier d’avoir été rappelé à l’époque par le patron en personne, Jean-Denis Gröll.



C’est au fils – Fabrice, architecte – qu’il prête aujourd’hui ses (solides) qualités d’homme-pivot, de trait d’union entre le terrain et l’agence !


Ultra-organisé et perspicace, doté d’un esprit carré mais souple comme un roseau qui ne rompt jamais (aux imprévus), il ne changerait pour rien au monde à ces journées qui depuis plus vingt-cinq ans défilent. Ce que l’on appelle un métier-passion…



Son moteur repose sur un triptyque : « famille, santé, bonne humeur »


Ses bonnes vibrations : « Une ville qui a le goût de l’architecture, Barcelone, pour Gaudi, son esprit démesuré, fantasque, ce mélange d’art et de technique, cette ferronnerie hors norme, et ces rondeurs… »





LOÏC COURTOIS - Directeur technique


LOÏC COURTOIS


Directeur technique

Fédérer, créer une émulsion, trouver des solutions le passionnent.



« Tout seul, on n’est capable de pas grand chose, mais tous ensemble, on peut réaliser un exploit comme
le Pont de Millau ! », dit Loïc Courtois qui a toujours cru à cette énergie collective et transmet la sienne dans chaque projet. De la conception du projet au suivi de chantier jusqu’à la livraison et la remise des clés au client, le directeur technique d’Atelier Gröll, a les yeux partout ! « En réunion avec les équipes d’ingénierie, nous sommes huit autour de la table… et parfois jusqu’à 25 en réunion de chantier !


Chaque projet est une histoire d’équipe, d’ambiance, de cohésion à donner et de solutions à trouver », dit celui dont la fonction ressemble à celle d’un chef d’orchestre.



Son expérience acquise en tant qu’assistant maître d’ouvrage, responsable technique, conducteur de travaux principal ou conducteur travaux gros œuvre (tout jeune, en contrat d’alternance) et son background technique (DUT génie civil et diplôme d’études de technicien supérieur — DETS — à Égletons) ont forgé son goût du terrain, du détail technique et de l’humain qu’il met, depuis plus de 25 ans, au service des métiers de la construction, de la maîtrise d’ouvrage et de l’immobilier. Il en possède le réseau, connaît les rouages, comme l’importance que revêt le triptyque coût-qualité-délais.



« Rien ne prend le dessus », souligne celui dont l’enfance dans le Loire et Cher, près des Châteaux de la Loire, conçoit chaque bâtiment comme une histoire. Une aventure humaine…


Son moteur : son fils Robin.


Ses bonnes vibrations : l’aviation, une seconde nature pour Loïc qui rêvait, tout jeune, d’être pilote de chasse ou pilote professionnel, et voit son rêve d’Icare stoppé net à cause d’un tympan perforé. Qu’à cela ne tienne. Pilote de vol à voile à 16 ans, il vole toujours et encore pour « l’évasion » que lui procure son ULM, nécessitant écoute de soi, rigueur et intuition…





FRÉDÉRIC CUINAT - PROSPECTEUR FONCIER


FRÉDÉRIC CUINAT


PROSPECTEUR FONCIER

Et ce poste-clé lui va comme un gant.



Frédéric Cuinat, la quarantaine épanouie, avec une quinzaine d’années au compteur dans le secteur de la promotion immobilière sait de quoi en retournent la recherche et le développement de terrains. « C’est une alerte permanente », analyse ce pro qui, après avoir fait (et aiguisé) ses armes dans des entreprises régionales et comme indépendant, excelle dans la prospection pure et le développement (autrement dit l’optimisation) des terrains.



Ajoutez à cela un réseau solide, un sacré sens relationnel, une formation technique initiale (il est diplômé d’un BTS mécanique) : c’est tout Frédéric Cuinat, ultra-exigeant, résistant et pas du genre à lâcher prise. Les terrains, pour lui, c’est un regard, une histoire : « Ils ont la particularité d’être le départ d’un projet, de donner le « la », sans quoi on ne construit pas, et l’on ne vend pas. »



En lien direct avec Grégory Gröll, mais aussi avec les architectes, et encore avec l’extérieur, Frédéric Cuinat est aux quatre cent coups quand il s’agit de défendre techniquement et administrativement un terrain qui a retenu l’attention d’Atelier Gröll. Avec cet incontournable : le secteur, toujours le secteur…


Ses satisfactions:
 «L’aboutissement d’un projet, réaliser professionnellement de belles choses et prendre le temps de le partager avec mes enfants. »


Ses respirations : « M’oxygéner, le plus possible (et regarder les matches du Top 14 aussi) »





Patricia Gamond - Architecte DET


Patricia Gamond


Architecte DET


Avec sa double casquette et son double planning (trois jours conducteur de travaux, deux jours architecte), elle ne passe pas inaperçue. Ce petit bout de femme débordante d’énergie n’aurait sans doute pas pu travailler dans un laboratoire : quittant sa formation de biologiste pour intégrer l’école d’architecture de Grenoble (« sur un coup de tête » qu’elle n’a jamais regretté).


Cette hyperactive possède le profil atypique de ceux qui, toute leur vie, ont besoin d’apprendre et rebondissent au quart de tour !



Architecte, coordinatrice OPC, DET et expert de la construction, entrepreneuse (elle a créé sa propre agence et travaillé en sous-traitance pour Atelier Gröll), formatrice sur le logiciel Revit intégrant la technologie collaborative BIM (à ses prémices !)


Patricia Gamond surprend autant qu’elle aime se laisser surprendre par ce qui ferait tourner la tête à d’autres : « Ce qui me plaît, c’est le terrain. M’y confronter et m’y adapter sans cesse, d’être dans l’action, désamorcer les situations critiques : résoudre un problème, chercher une solution : c’est ce qui me va le mieux », confie cette exigeante pour qui la recherche chez elle est spontanée. Chassez le naturel…



Son moteur : apprendre pour progresser


Ses bonnes vibrations : les architectes Zaha Hadid et Rudy Ricciotti pour leur style, leur regard, et la ville de Barcelone : un mélange de styles et de couleurs…





Fabrice Gröll - Architecte, gérant


Fabrice Gröll


Architecte, gérant

Très vite intéressé par le paysage, Fabrice Gröll entreprend des études supérieures afin de devenir paysagiste diplômé par le gouvernement et intégrer l’École de Versailles.



« Pour atteindre cet objectif, un passage était obligatoire : suivre les premières années de la formation universitaire des architectes », explique Fabrice Gröll qui prend alors goût à la profession d’architecte, c’est-à-dire la même que son père, la même que son oncle, mais aussi la même que son arrière-arrière-grand-père…


Une période de réflexion se dessine pour vérifier cette « révélation » tardive et acquérir le savoir et l’expertise nécessaires. Il apprend l’exercice in-situ au sein de l’entreprise familiale (c’est efficace) et, après plusieurs années d’apprentissage et l’acquisition d’une certaine autonomie, il reprend ses études pour obtenir le diplôme d’architecte. Il prête serment en 2008.



Depuis ? Les désirs, les rêves et les fantasmes, les paramètres réglementaires, économiques et techniques passent sacrément bien au tamis de ce créatif qui aboutit à cette alchimie : l’architecture. Celle qu’il a insufflée à l’Atelier Gröll, après le départ à la retraite de son père, ressemble à ce persévérant, fasciné par le détail autant qu’il l’est par « l’esprit du lieu ».



Fluidité, légèreté, générosité (toujours impressionnante par ses ouvertures sur l’extérieur) rythment ses espaces « nouvelle génération ».


Des maisons qu’il conçoit sur-mesure, des logements collectifs qui fédèrent et se distinguent. Une valeur chère à l’architecte, gérant de sociétés, ouvert sur un mode de management participatif qui donne à la « maison Gröll » une dimension nouvelle, toujours un peu plus humaine.


Son moteur : sa famille, ses enfants


Ses bonnes vibrations :« les bâtiments de l’architecte Tadao Ando, sa poétique des épures et de la lumière et ceux de Luigi Snozzi pour son rapport à la topographie, sa lecture du lieu, ses lignes austères autant que ses discrétions. Un interstice qui est là et qui fait tout »





Grégory Gröll - Promoteur, gérant


Grégory Gröll


Promoteur, gérant

Ce n’est pas un hasard s’il dirige l’activité Promotion et Lotissement. À 39 ans, ce jeune promoteur n’a pas compté ses heures pour comprendre les rouages de ce secteur pour le moins complexe !



L’étroite collaboration avec son père a remplacé, pendant des années, la formation qui à l’époque n’existait pas : « Cette école-là est irremplaçable », considère-t-il.


Prudence et goût du challenge animent cet intuitif qui, s’il parle peu de lui, parle très bien de cette feuille de route, confiée dans les années 2000, et dont il ne déroge pas : « La promotion immobilière est un exercice de style, qui prend tout son sens lorsque le terrain est de qualité, lorsque le projet est en adéquation avec les attentes des clients, et lorsque les compétences sont réunies… » , explique cet homme-orchestre au réseau solide et à l’optimisme sans faille pour qui « le promoteur doit (savoir) s’entourer, composer une équipe harmonieuse et efficace ».



Celui qui avait intégré la Faculté de droit et se destinait au métier d’avocat, n’a pas mis en veille ses qualités d’écoute, d’engagement et de conviction : il défend ses projets et les collaborations locales avec vigueur ! Jusqu’à leur trouver un nom, une identité, avec un regard contemporain nourri par une sensibilité artistique.


Tout l’inspire pourvu qu’il soit question de goût (des autres) et d’équilibre. Son métier est avant tout une œuvre commune qui doit s’inscrire avec respect de l’environnement (dans tous les sens du terme)…



Son moteur : « Laisser une empreinte de qualité car construire compose le paysage, et celui-ci s’offre à tous »


Ses bonnes vibrations : la découverte du monde grâce à de nombreux voyages ; la rencontre des autres est sa source intarissable. Ses amis, sa famille, les rapports humains qui lui font rencontrer de belles âmes inspirantes.





Jean Denis Gröll - Architecte, fondateur


Jean Denis Gröll


Architecte, fondateur

Jean Denis Gröll est diplômé architecte en 1969, à l’âge de 24 ans. N’ayant pas de réseau professionnel, il se lance dans la construction de maisons individuelles, secteur que les architectes boudaient à l’époque. Il crée « les résidences dauphinoises » avec un maçon, puis réalise de nombreuses maisons en « auto-climatisation » en partie enterrées pour la fraîcheur l’été et ouvertes au sud pour les apports solaires



En 1990, il fonde l’Atelier Gröll qui réalise des maisons « clefs en mains » et des opérations de promotion immobilière car il maîtrise bien les techniques et les prix. Il réalisera autour de 1 000 maisons.


Depuis 2009 il est à la retraite, ses quatre enfants ont pris la suite.


Mais il n’a pas lâché le crayon, et il peint : des tableaux de toutes sortes, aquarelles, acryliques, dessins à l’encre ; des compositions figuratives inspirées de rêves ; des paysages…



Il écrit aussi : ses histoires d’enfance lorsqu’il construisait des cabanes dans le parc familial du « Clos de Lavalonne » à Sassenage et des avions en bois qu’il faisait voler comme des balançoires ; sur son premier métier de ferrailleur et de fondeur de sculptures en plomb.



Qui est-il en somme ? Un créateur, un artiste. Neveu d’Henriette Gröll, le peintre dauphinois reconnu, petit-fils de Rob D’ac, dessinateur publicitaire inspiré. Il est à la fois un ingénieur et un poète, un créateur libre. Que de merveilleux souvenirs.


Son moteur : persévérance et ténacité.


Ses bonnes vibrations : l’art et l’écriture, pour leur poésie, avec des couleurs inspirées de ses voyages.





Nathalie Gröll - Responsable communication, des collections programme, de l’organisation interne


Nathalie Gröll


Responsable communication, des collections programme, de l’organisation interne

De ses (dix) années parisiennes dans la mode, elle a gardé le goût de l’épure et du bel ouvrage. C’est à elle qu’Atelier Gröll, l’entreprise familiale qu’elle a rejoint en 2003 pour mettre en place la communication, doit ses « collections de finitions », et, côté image, ce supplément d’âme.



Une seconde nature chez cette pétillante quadra (quadra, quadra) qui ne fait rien sans émotion, sans vibration, sans minutie.


D’où Chanel, Karl Lagerfeld et Chloé dans son CV. D’où, à l’agence, ce florilège d’échantillons (carrelages, faïences, parquets, nuanciers de peintures …).


La sélection opérée par cette diplômée d’école de commerce se nourrit des carnets de tendances et d’inspirations dans lequel on puise pour « habiller » nos futurs espaces.



« C’est un moment de plaisir, de partage qui allège le côté sérieux voire anxiogène d’un achat de ce type et permet de chiffrer précisément le programme », précise celle qui travaille (certes) dans la dentelle mais jamais ne perd de vue l’ensemble.


Après avoir baigné au cœur de la mode parisienne, cette discrète insuffle cette même énergie d’exigence dans l’organisation interne, la communication, l’événementiel : le sens du détail.



Étonnante et sérieuse Nathalie qui « sans se prendre au sérieux », lèverait un sourcil (très) étonné si elle entendait dire qu’elle est à l’agence… « indispensable ».


Son moteur : son fils.


Ses bonnes vibrations : le théâtre qui lui fait toucher aux arts vivants, réactive son rapport texturé à l’écriture,
aiguise son sens de l’observation, pour finir par conclure, mutine : la vie est une pièce de théâtre permanente, tout est support d’inspiration, et, au-delà de l’inspiration la vie est un jeu.





Olivier Gröll - Graphiste


Olivier Gröll


Graphiste

Rentré à 18 ans dans l’entreprise familiale, Olivier Gröll a tracé sa route : autodidacte, formé auprès de son père Jean-Denis Gröll et de son oncle Louis (en réalisation de plans d’exécution, de permis de construire, de maquettes).



Ce passionné de 3D qui avait commencé « en bricolant sur des logiciels de dessin » est passé expert dans l’art de la modélisation : « Elle est organique lorsque l’on parle d’arbres et de végétaux, en mode « hard surface modeling » quand il s’agit de modélisation « mécanique » ou encore en post-processing lorsque l’on améliore l’image via Photoshop », détaille ce pro dont le métier hybride mixe scénographie et mise en scène.


À lui les matériaux, la lumière, les gazons, les toitures, les piscines et autres jardins modélisés



Il « maquille ». Rend la maquette 3D, l’image, « photo-réaliste » – voire l’univers architectural « cinématographique ».


En coulisses, le sien repose sur des bibliothèques (objets ou matériaux) qu’il a patiemment et passionnément étoffé depuis plus de vingt ans : textures, plantes (il en a modélisé plusieurs centaines !), cailloux, objets, personnages… Tout y est. D’où ces maquettes facilitant la projection et l’appropriation.


Et son envie d’aller (encore) plus loin : il vient de créer sa propre société
OG Images spécialisée dans l’infographie ouverte à tous les projets, toutes les envies…



Son moteur : l’indépendance.


Ses bonnes vibrations : La nature, la forêt, la mer et les bateaux mais aussi le dessin, et l’architecture orientée sciences, qu’il s’agisse de fiction (ou pas).






Pauline Jourdren - Chargée d’opérations


Pauline Jourdren


Chargée d’opérations


Pas facile de condenser la biographie de cette multi-diplômée : si ses études d’Arts appliqués à l’école Olivier de Serres à Paris en architecture d’intérieur, doublée d’une formation d’infographiste l’ont conduit tout droit dans l’aménagement de locaux tertiaires (espaces d’accueil, ambiance de travail, salles de repos) pendant sept ans chez BNP Paribas Immobilier, elle a négocié, en revenant à Grenoble, un sacré virage.


Avec son master MOBAT (Maîtrise d’Ouvrage et management du patrimoine Bâti), Pauline Jourdren est passée de l’autre côté du
mur : « Chargée d’opérations immobilières est un métier nouveau et passionnant ! », confie cette trentenaire qui, depuis 2017, le déploie au quotidien chez Atelier Gröll.



Rigoureuse, touche-à-tout, elle n’a aucune difficulté à jongler entre les lancements de consultations d’entreprises, les travaux modificatifs des acquéreurs (TMA), les réunions de bureaux d’études, jusqu’à la livraison des logements.


Pas le temps de s’ennuyer. « J’adore la diversité, cette polyvalence nécessaire, le caractère imprévisible des journées, la vie des opérations avec leurs phases calmes lorsque le chantier est bien lancé, et ultra-accélérées à la livraison », explique Pauline.



Son moteur : l’ambiance de travail.


Ses bonnes vibrations : l’Opéra de Sydney (architecte : Jorn Utzon) dont la toiture (recouverte d’un million de tuiles de céramique blanche !) est une œuvre d’art ; l’architecture aérienne (signée Santiago Calatrava) en forme d’oiseau de l’aéroport de Lyon, flirtant entre lumière et matière et… la rénovation (patiente) de sa maison.





Philippe Mangione - Commercial


Philippe Mangione


Commercial

Si son argumentation fait mouche c’est que Philippe a bâti sa carrière sur deux piliers : l’humain et le challenge.



« J’aime convaincre et rassurer », reconnaît ce quadra, Italien de souche qui, par sa stature autant que par son tempérament, possède cette empathie, cette écoute qui vous met tout de suite à l’aise.


Après avoir aiguisé ses armes, à Grenoble, dans l’habitat, la cuisine équipée, les isolants pour le bâtiment, et créé sa propre société, l’insatiable a rejoint Atelier Gröll en 2014.



« Pour être convaincant, il faut être soi-même convaincu de ce que l’on propose ! », explique ce commercial chevronné qui donnerait la niaque à des étudiants en écoles de commerce.


Le capital-confiance, la réputation de l’agence et l’activité développée par Grégory Gröll (auprès duquel il travaille) ont ajouté à son « plaisir » de vendre ce qui a du sens pour lui : « Faire de la promotion immobilière, c’est laisser une trace, transmettre… ».



Son moteur : être en phase avec son métier et transmettre (à ses enfants), partager la valeur du travail.


Ses bonnes vibrations : des « monuments » comme la Tour de Pise, la Sagrada Familia, et plus largement la Méditerranée, et surtout la Corse…





Linsay Pugnoud - Alternante, métier de la promotion immobilière


Linsay Pugnoud


Alternante, métier de la promotion immobilière

Fraîcheur, volonté et dynamisme !



Elle se souvient comme d’hier du programme Le Rivalta, à Vif. « Je l’avais vu sur les réseaux sociaux, je me suis dit : waouh ! c’est incroyable ce qu’ils font », raconte Linsay Pugnoud qui ni une ni deux, postule à Atelier Gröll et lors de son entretien, défend, avec le même enthousiasme, son envie de rejoindre l’entreprise qui lui a fait briller les yeux.

Vœu exaucé ! En formation en alternance à l’Institut de la Construction et de l’Habitat (ICH) à la suite de son BTS Professions Immobilières et d’un bac STMG option mercatique, Linsay intègre alors Atelier Gröll.



Depuis un an, cette future responsable de programmes immobiliers touche à tout, s’estime « heureuse, chanceuse, d’aller sur le terrain avec Loïc Courtois lors des réunions de chantier », comme celle du programme CQFD, démarré en juillet 2021. Elle savoure ses missions, sa polyvalence, la confiance qu’on lui fait : faire de la prospection foncière avec Frédéric, participer aux côtés de Pauline à la préparation des plannings de chantiers, à la rédaction des marchés de travaux : « À 15 ans, on nous demande ce qu’on veut faire, après 18 ans, ça s’affine », sourit Linsay qui s’était déjà occupé de gestion locative dans le cadre de sa précédente alternance, en BTS.



Sa sensibilité et sa curiosité, lui viennent, dit-elle, de ses parents, tous deux entrepreneurs et chefs d’entreprises.
« Plus j’avance dans mon cursus, plus la direction technique du bâtiment m’intéresse », glisse l’étudiante de 21 ans qui, avec une facilité déconcertante, vous parle Travaux modificatifs des acquéreurs (TMA) et d’AOS, un logiciel qui centralise les consultations de marchés et les signatures électroniques. S’investir à fond ? Rien de plus naturel pour Linsay, danseuse durant seize ans et, après son travail, jeune pompier volontaire.


Sa force : un sens relationnel inné.

Ses bonnes vibrations : le sport, l’aide à la personne et aux animaux. Elle vise d’ailleurs une formation sur le secours animalier…

Sa passion : le temps passé avec sa jument Noblesse, au centre équestre La Jumentrie de Combelouve.





Maxime Ruta - Chargé de développement


Maxime Ruta


Chargé de développement


Tombé à l’âge de 20 ans dans le secteur de l’immobilier, Maxime Ruta fait partie de ceux qui ont eu, très tôt, le déclic et n’ont rien lâché : ce jeune trentenaire, diplômé d’un BTS de promotion immobilière en alternance, possède déjà à son actif onze ans d’expérience (en agence dans l’ancien et le neuf), la création d’une société de construction de maisons à ossature bois, et le plaisir inaltérable d’emmener chaque transaction vers un projet de vie. Pour lui, aucun ne se ressemble. Vendre pour vendre ne l’intéresse pas.



C’est aussi pour cela qu’il a rejoint les Maisons d’Atelier Gröll où, aux côtés de Fabrice, il constitue, auprès de chaque (nouveau) client, le précieux point de contact à partir duquel nos goûts (et nos craintes) se dévoilent, l’esquisse se concrétise, et l’intégration au site prend vie. « Écouter les clients, dessiner leur paysage, construire leur patrimoine : il y a tout cela dans un projet neuf, c’est ce qui rend le métier, fait de passion et de raison, très engageant », explique-t-il. « Être responsable » de bout en bout de ce qu’il vend, ça lui va bien. Rassurant Maxime qui, bien plus qu’un point de contact, met un point d’honneur à nous accompagner, pas à pas, sur chaque étape du projet. Avant de nous tendre la clé…



Son moteur : le relationnel ! Car s’il y a toujours une bonne dose d’adrénaline dans la vente, le contact humain reste le credo de ce fils de commerçant, fou de sport co !


Ses bonnes vibrations : le football, qu’il pratique depuis longtemps pour l’esprit d’équipe qui va avec, les grands espaces notamment ceux des stations de Savoie dont il est originaire, et l’architecture raisonnée, les circuits courts, et la technicité dans la construction, en tout lieu et de tout temps : « Un dépassement humain », dit-il.





Jérôme Saugnier - Dessinateur, projeteur, métreur


Jérôme Saugnier


Dessinateur, projeteur, métreur

Il "suffit "de vouloir. De vouloir et de se donner les moyens



Un CAP, BEP et brevet professionnel en équipement et installation électrique, une solide expérience de 20 ans dans la même entreprise : le bâtiment est arrivé très tôt dans la vie de Jérôme Saugnier. L’ex-électricien n’y a pas renoncé. Lorsqu’un jour, un accident l’obligé à cesser son métier, il s’est « reconverti »… dans l’architecture ! « J’avais l’habitude de travailler sur des plans et des dessins d’installations électriques fournis : je me suis dit : pourquoi ne pas les créer à mon tour ? », se souvient-il.



Formé au Greta durant 10 mois, Jérôme décroche le titre de technicien d’études du bâtiment en dessin de projet. Dans les trois mois qui suivent, il intègre Atelier Gröll où vient de se créer un poste de dessinateur-projeteur-métreur. Taillé pour ce pro qui, aux côtés de Fabrice Gröll, réalise aujourd’hui les demandes de permis de construire, conçoit les plans d’exécution, effectue les demandes de devis auprès des fournisseurs…



Il y a, chez lui, toute la rigueur et l’attention attendues par les futurs propriétaires : « Une maison, c’est le projet d’une vie », reconnaît Jérôme Saugnier. Son expérience du terrain a du bon : « Elle aide à me projeter et à visualiser de nombreux détails ». Une force à l’aube de la mise en place de la RE 2020 (au 1er janvier 2022), du développement de la domotique et du réchauffement climatique nécessitant d’être à la fois pragmatique et d’anticiper…


• Son moteur : ses enfants, sa famille
 • Ses bonnes vibrations : : l’architecture en général

et le patrimoine en particulier





Nathalie VIAUD - Responsable comptable et financière


Nathalie VIAUD


Responsable comptable et financière


Un regard bienveillant et réfléchi, une détermination sans faille : Nathalie Viaud sait où elle va et là où elle est bien. Exercer comme « comptable unique » à Atelier Gröll allait de soi pour cette pro, recrutée à l’automne 2018, après avoir exercé son métier en entreprise et au sein de cabinets d’expertise, de Marseille à Grenoble.


Cette endurante et fine analyste a fini par trancher : « Je suis faite pour être comptable en entreprise : lorsque je n’y étais plus, la vie (de l’entreprise) me manquait trop », confie celle qui accorde « une place centrale aux rapports humains » et a eu besoin de « retrouver ces liens ». Car sa vision est loin d’être seulement technique.



Oui, il y a forcément toute cette armada de symboles, chiffres, numéros avec lesquels elle jongle et dont elle maîtrise les calculs afin de gérer (seule) toutes les facettes du poste, de la facturation à l’aspect social, de la trésorerie à la gestion. Mais non, cela ne s’arrête pas à cet alphabet.


Le langage de celle qui a grandi sur la Côte Atlantique a quelque chose du « poil à gratter » et du gardien de phare : à l’approche de difficultés, ne pas les occulter mais les traduire. Ne pas seulement agiter le drapeau, rouge, orange (et même vert) mais leur donner de l’étoffe et du sens. Un sacré éclairage pour ouvrir les horizons…



Son moteur : conseiller, éclairer…


Ses bonnes vibrations : son jardin, niché à la campagne, lui « vide la tête ». Son besoin (viscéral) de « gratter la terre, de voir ce qui pousse et de prendre le temps de faire les choses, réapprend, dit-elle, à être patient, observateur, à réfléchir aussi. Une sorte d’éloge de la lenteur…